Toi, mystérieux voile…

Retour

   – voyage historique, culturel et tendance – 

Au fil des siècles, le mariage a su s’accompagner de divers symboles et héritages. Parmi eux, le voile. Rimant paradoxalement tout aussi bien avec sacralité qu’avec modernité, il peut devenir source de questionnement lorsque vient le moment de choisir sa tenue pour le grand jour. Peut-on mêler la tradition à la modernité ? Comment ? Mais surtout, quelle est la véritable histoire de ce mystérieux accessoire ? 

Des origines inattendues…

Saviez-vous qu’il fût un temps, plus précisément à l’époque où le mariage était avant tout un acte conclu entre deux familles, un voile couvrait la mariée de la tête aux pieds ? Ce dernier, longtemps de couleur jaune ou rouge (symbolisant le feu, pour repousser les jaloux et les envieux), devait être porté jusqu’à la fin de la cérémonie afin qu’aucun jugement physique n’entre en compte. D’autres croyances veulent que le voile de la mariée ait servi à la préserver de tout mauvais sort ou déshonneur, l’éloignant ainsi des esprits malveillants rôdant autour d’elle le jour de ses noces. Par ailleurs, au Moyen-Âge, le voile était associé à l’idée de porte-bonheur, censé protéger la mariée des esprits maléfiques, du mauvais oeil et de la malchance. Tout cela, on parie que vous ne le saviez pas… Mais ne prenez pas peur, aujourd’hui et fort heureusement, cela a évolué ! 

Mais alors aujourd’hui, pourquoi porter le voile ?

Les femmes aiment porter le voile pour son côté esthétique, mode, mais également car ce dernier est très clairement inscrit dans l’imaginaire collectif comme l’accessoire permettant d’être « une vraie mariée ». C’est souvent au moment précis où cet accessoire est revêtu que coulent les larmes de bonheur: il vient concrétiser l’idée de mariage. Bien évidemment, des considérations religieuses peuvent aussi entrer en compte. En effet, le port du voile blanc, symbole de pureté et de virginité, est une tradition conservée dans la plupart des églises chrétiennes : ce dernier est alors signe de respect et de dévotion de la femme envers Dieu et gage du sérieux de cet engagement.

Un symbole porteur de culture…

En Pologne, la tradition veut que la mariée – un peu à l’image du lancer de bouquet de fleurs en France – jette son voile à minuit, déterminant ainsi laquelle de ses invitées célibataires sera la prochaine à trouver l’élu de son coeur. Dans la culture asiatique le voile est coloré et très souvent rouge, couleur symboliquement associée au bonheur, à la santé et au succès. Par exemple en Inde, la mariée porte un voile rouge assorti à son sari. Son voile est opaque, souvent en tissus ou dentelle très chargée avec des ornements dorés, et dissimule entièrement son visage. 

Une mariée moderne en voile, oui mais comment ?

Dans la société actuelle, le voile résonne souvent dans l’esprit des gens comme quelque chose de désuet et de trop traditionnel. Mais détrompez-vous, le voile tend à reprendre la place centrale occupée pendant des siècles, et être une mariée moderne en l’arborant est désormais tout à fait possible. Et ce, que vous décidiez de le porter pour votre mariage civil ou bien votre mariage religieux.

En dentelle, il apportera du romantisme. En tulle, de la légèreté. En satin, de l’élégance. En plumetis, du glamour. Attention toutefois, pour le choisir, il est important de bien tenir compte du style de votre robe. Quant à la coiffure, il s’accordera avec tout : du classique chignon en passant par la queue de cheval, ou bien même encore avec les cheveux détachés, le tout est de choisir la longueur qui vous correspond. Un voile long allongera votre silhouette et apportera une élégance inégalable. Le voile court sera idéal pour mettre votre joli visage en valeur. Alternative entre ces deux derniers, le voile mi-long sera la parfaite finition chic à votre coiffure. Si vous êtes plus créative, originale, détournez ce port traditionnel du voile : portez-le lâche, en noeud, associé à un autre accessoire…Amusez-vous, soyez vous : vous serez la plus belle des mariées modernes. 

Article rédigé par Dolorès Cafier.

Crédit photos : Faustine Martin, Courtney Illfield, Yann Audic.